Accueil

C
e site réunit l’ensemble des très nombreuses et très riches annexes présentées sous la forme de renvois à l’intérieur du livre Rwanda, de la guerre au génocide, désormais disponible en anglais (From War to Genocide. Criminal Politics in Rwanda (1990-1994))1.

Il présente au lecteur les informations complémentaires qui ne pouvaient être résumées en quelques mots ou phrases. Mais l’objectif poursuivi dépasse le simple renvoi à des documents. Il répond à une triple exigence.

La première est de permettre au lecteur d’accéder directement à des informations ou éléments de preuve dont beaucoup ne sont pas aisément consultables et une autre partie inédite. Sur des sujets où rumeurs ou propagandes servent trop souvent d’arguments, la nécessité d’étayer son propos voire de « prouver » m’a semblé essentielle. Les 134 annexes présentées ici rassemblent des textes officiels, des documents personnels d’acteurs majeurs des événements (agendas, courriers, notes…), des témoignages, émanant notamment d’auditions et de débats liés à des procédures judiciaires.

La deuxième exigence est plus décisive encore. Faisant entrer le lecteur dans les débats, ce site constitue en fait un « second ouvrage ». Ainsi celui-ci pourra-t-il, par exemple, prendre connaissance à la fois de telle sentence prononcée par les juges du TPIR et des principaux échanges, à charge et à décharge, qui se sont déroulés dans le prétoire avant la sentence. Chaque fois que possible, nous avons essayé de fournir des éléments « vécus » ou des échanges au style moins convenu que les déclarations ou propos officiels.

La troisième exigence est sans cesse présente dans l’ensemble de ce travail de recherche. Ce site voudrait être un appel à tous ceux qui, depuis des années, gardent le silence, et ce pour de multiples raisons, celles qui tiennent du monopole de l’expression, de la répression ainsi que de la politique de l’« aveu » et du faux témoignage institutionnalisé. Alors qu’une volonté conjointe de la communauté internationale et des autorités rwandaises est de tourner la page ou d’accréditer une histoire officielle de la période contemporaine, il nous a semblé temps, quinze ans après la tragédie, de revenir sur des éléments désormais oubliés ou non encore divulgués.

Beaucoup de personnes disposent de documents ou d’éléments d’une importance majeure sur le plan de la compréhension et de la vérité. Leurs témoignages et apports sont essentiels. Nombreux sont encore ceux qui estiment que le temps de la prise de parole n’est pas venu au regard des passions qui perdurent. Mais le raisonnement peut être inversé : ce sont aussi les zones d’ombre de l’ignorance et du mensonge qui nourrissent les propagandes.

André Guichaoua

1  Avec le soutien de The Open Society Initiative for Eastern Africa (OSIEA) – The Open Society Foundations

Une traduction en kinyarwanda

Guhindura mu kinyarwanda igitabo kiri mu gifaransa

A Kinyarwanda translation